Système Echange Local - Etre SELIDAIRE - SEL&JEU Index du Forum Système Echange Local - Etre SELIDAIRE - SEL&JEU
Forum destiné à tous les adhérents des différents SEL&JEU de France et d'ailleurs
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La vérité sur les algues tueuses

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Système Echange Local - Etre SELIDAIRE - SEL&JEU Index du Forum -> SEL'idées -> Ecologie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
seljeu
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2007
Messages: 466
Localisation: Bordeaux
Masculin
Grain(s) de Sel: 481
Moyenne des Grains de Sel: 1,03

MessagePosté le: Mer 9 Sep - 18:58 (2009)    Sujet du message: La vérité sur les algues tueuses Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Au journal télévisé on nous a gavé avec cette histoire d'algue verte tueuse en Bretagne sans jamais nous expliquer pourquoi on ne sait pas éliminer ces algues de manière rentable.

Jean-François Sassi nous en dit plus :


 
Citation:

Encore des obstacles pour la valorisation des algues vertes
En août, le problème des algues vertes a refait surface avec la mort d'un cheval, retrouvé dans la baie de Saint-Michel-en-Grève, et les annonces de François Fillon qui ont suivies. Novethic revient sur les pistes d'exploitation de ces algues avec Jean-François Sassi, responsable laboratoire R&D et chef de projet expert au Centre d'Etude et de Valorisation des Algues (CEVA).

Aujourd’hui environ 60 000 m3 d’algues vertes sont ramassées chaque année en Bretagne. Comment sont-elles utilisées ?
Jean-François Sassi. Pour l’instant, 80% est utilisé en épandage et 20% en compost. L’épandage est cependant un peu difficile à gérer car on doit fonctionner en flux tendu : le transport vers les terres agricoles doit être fait très rapidement - la décomposition commence dans les 2 jours- et cela demande beaucoup de terres car on ne peut pas mettre plus de  20 à 30 tonnes d’algues à l’hectare,  avec rotation des parcelles sur 3-4 ans, sinon cela entraîne trop de salinité et  de pH. Sans compter les kilomètres qui sont réalisés pour transporter ces algues sur des champs. Le compostage présente plus d’intérêt car il permet une utilisation dans le temps plus étendue que l’épandage même s’il nécessite un apport de sources fibreuses, comme la paille et d’autres déchets  verts riches en lignocellulose, et qu’il n’est pas toujours facile de prévoir le stock de ces autres substances par rapport à l’afflux d’algues…

Pourquoi cette solution n’est-elle pas plus développée ?

Jean-François Sassi. Dans la baie d’Hillion, qui est le plus gros site de marées vertes, cela représente 100% de l’utilisation des algues ramassées. Mais si le compostage fait partie des solutions les moins coûteuses, elle n’est pas forcément économiquement viable. La Bretagne est déjà excédentaire en matière organique donc le compost, à grande échelle, représente un intérêt limité pour les agriculteurs de la région. Il faudrait pouvoir l’exporter vers d’autres régions déficitaires  proches de la Bretagne, en Anjou par exemple. De nombreuses collectivités s’y intéressent mais aucune n’a franchi le pas.

D’autres pistes, plus expérimentales sont à l’étude comme la méthanisation…

Jean-François Sassi. Oui mais techniquement, cela est plus difficile, du fait de la composition de l’algue verte, riche en souffre mais pas assez en carbone. Il faut que l’on arrive à séparer les espèces soufrées, ce qui est techniquement possible mais nous n’avons pas actuellement les infrastructures industrielles pour le faire. Et peu s’y intéressent (voir encadré). La co-méthanisation, réalisée avec des effluents d’élevage, fonctionne en revanche assez bien mais, alors que cette méthanisation de ferme est très bien implanté en Allemagne, elle ne se développe pas en France, notamment parce que l’on se heurte de nouveau au problème de  gestion logistique des flux d'algues. Au Danemark, un laboratoire travaille sérieusement sur la fabrication de bioéthanol mais il reste là encore des difficultés techniques.

Quels projets paraissent donc réalisables à court terme ?
Jean-François Sassi. Le projet le plus abouti est orienté sur les matériaux, particulièrement le papier-carton. Les papeteries sont en effet parfaitement dimensionnées pour déshydrater rapidement les éléments or c’est une dimension technique qui pose souvent problème pour l’utilisation des algues. Cette solution a été utilisée un temps avec succès par une papeterie à Venise quand la lagune était envahie par les algues vertes. Nous, nous avons décidé d’utiliser ces procédés papiers pour des godets destinés à l’horticulture, en partenariat avec l’IUT de Saint Brieuc.

Des entreprises se sont-elles déjà montrées intéressées ?

Jean-François Sassi. Oui, nous sommes actuellement en phase d’expérimentation avec une grosse entreprise du secteur. La demande de la part des industriels est réelle car actuellement ces godets sont réalisés à partir de tourbe, qui est une ressource fossile en baisse. De plus, nous avons remarqué que l’incorporation de l’algue verte dans le godet permet un re-largage d’éléments minéraux dans la plante, ce qui évite son jaunissement, problème actuellement rencontré par les horticulteurs. Reste à résoudre l’écueil de la qualité de l’algue ramassée mais nous avons trouvé un point de rencontre avec le compostage qui, mélangeant l’algue et la paille, permet de conserver le mix assez longtemps pour être exporté. Cette solution est en plus totalement compétitive avec la tourbe. Surtout, nous avons calculé que la création de cette filière permettrait d’utiliser 20% des quantités ramassées sur la baie d’Hillion (15 000 tonnes environ ramassées par an, ndlr), ce qui est déjà significatif.

Les algues vertes sont aussi utilisées par la cosmétique, non ?

Jean-François Sassi. Pour le moment, l’intégration de l’algue verte dans la cosmétique porte sur de très petites quantités, ce qui ne permet pas de répondre au problème des marées vertes. Il faudrait pour cela qu’elles soient utilisées en agent de texture et donc entrer dans la composition de plusieurs formules. Là, on aurait un tonnage intéressant mais, si les industriels regardent nos travaux avec intérêt, là encore, aucun pas n’a été fait plus avant. D’autres matériaux moins cher ou moins difficiles à exploiter existent…De plus la collecte des algues est traitée par les collectivités et les industriels ont du mal à traiter avec eux ; la logique est différente.

Et dans l’alimentation ?
Jean-François Sassi.  En Occident, l'algue n'est pas un aliment traditionnel et souffre d'un déficit d'image auprès du grand public. Il n’est  donc hélas pas question de nous faire manger  à tous des salades d’algues, comme c'est le cas en Asie... même si l'algue a de nombreux apports bénéfiques pour la santé humaine. En revanche, nous travaillons sur l’alimentation pour animaux car c’est un bon apport d'éléments de compléments nutritionnels, notamment pour les poissons. Le problème cette fois est qu’il faut  pouvoir aller ramasser les algues dans la mer  pour garantir une certaine qualité or, avec les marées et les vagues, il faut des machines spécifiques. Des matériels prototypes éventuellement utilisables sur nos plages existent ailleurs dans le monde (aux USA, en Finlande). Il faut trouver les moyens de les tester en vraie grandeur sur nos plages, pour vérifier s'ils sont adaptés. Ce projet que l’on porte depuis des années vient toutefois  de  recevoir un furieux coup  de pouce avec les annonces du Premier ministre le 20 août dernier (voir article lié). Car si l’on va chercher l’algue en mer, en début de saison, cela permettra de diminuer les marées vertes et donc la pression d’échouage…

Propos recueillis par Béatrice Héraud
Source



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:32 (2017)    Sujet du message: La vérité sur les algues tueuses

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Système Echange Local - Etre SELIDAIRE - SEL&JEU Index du Forum -> SEL'idées -> Ecologie
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 - 2005 phpBB Group
Theme ACID v. 2.0.18 par HEDONISM
Traduction par : phpBB-fr.com